La galerie de l'industrie

La galerie de l'industrie au Nouveau-Brunswick est comanditée par la famille Irving

Travail, innovation et échanges, 1870-1950

Descendez une rivière en passant par un camp de bûcherons, une aire de flottage du bois, des terres agricoles, un quai pour les bateaux à aubes, une jetée de pêcheurs, une scierie et une fabrique de meubles avant d'accoster au quai d'une ville. Vous voilà au lieu d'échange par excellence, là où le bois d'œuvre, les poissons et les produits agricoles convergent de l'arrière-pays et des côtes du Nouveau-Brunswick vers le port de la ville. Destinés à des fermes, des camps de bûcherons et des villages de pêcheurs, des charrues, des haches et des balais mécaniques produits par les fabriques attendent d’être expédiés par bateau à vapeur à l'intérieur des terres et le long des côtes. À l'arrière-plan, présage de changement, figure le chemin de fer qui, à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle, rivalise de plus en plus avec les bateaux à aubes et à vapeur pour le transport des marchandises. Il permet également l'établissement de scieries mobiles à proximité des sources d'approvisionnement, ainsi que le transport par rail directement de la forêt, au détriment de la drave traditionnelle. De l’autre côté du bassin portuaire, des conserveries de poisson de la côte est du Nouveau-Brunswick utilisent déjà le chemin de fer pour expédier leurs produits.

Qu'ils aient été capitaines de l'industrie, vendeurs au détail, bûcherons, ouvriers d'usine ou inventeurs, cette galerie salue les efforts et la détermination de tous ceux et celles qui firent du Nouveau-Brunswick la province paisible et agréable que nous connaissons.