16 juillet 2009

Le Musée du Nouveau-Brunswick accorde des subventions de recherche

 

Le Musée du Nouveau-Brunswick a annoncé l’attribution des subventions de recherche Florence M. Christie pour 2009 afin de financer le travail de six scientifiques dans les domaines de la zoologie, de la mycologie et de la botanique. Les subventions Christie sont consenties annuellement pour des travaux de recherche axés sur le Nouveau-Brunswick et liés aux collections du Musée du Nouveau-Brunswick.

Deux applications en botanique et en mycologie feront l’objet d’un financement. Leah Dalrymple, candidate à la maîtrise ès sciences à l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint John, mène des recherches sur les mousses, les bryophytes et le bois en décomposition pour savoir si les billots pourrissent tous de la même manière. Le financement obtenu par Karen Vanderwolf, candidate à la maîtrise ès sciences à l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, lui permet de se pencher sur la relation entre les champignons qui prospèrent dans les grottes de chauves-souris du Nouveau-Brunswick et l’abondance de cette espèce animale.

Quatre projets de recherche en zoologie ont également fait l’objet de subventions. Lynne Burns, candidate au doctorat à l’Université Saint Mary’s, examine la structure et les mouvements des populations de chauves-souris entre les gîtes d’hibernation du Canada atlantique. Howard M. Huynh, candidat à la maîtrise ès sciences à l’Université Acadia, effectue des recherches sur la taxinomie et la génétique de la population de musaraignes fuligineuses des Maritimes. Robert Ronconi, un boursier de recherches postdoctorales qui collabore avec l’Université Dalhousie et le Centre de recherche sur la vie marine de Grand Manan, étudie les effets des changements climatiques et du déclin de la pêche sur les oiseaux marins de la baie de Fundy. Andy S. Didyk, professeur adjoint à l’Université du Nouveau-Brunswick à Moncton, obtient du financement pour son travail sur les parasites des sérotines brunes.

Le programme de subventions Florence M. Christie en sciences biologiques met le Musée du Nouveau-Brunswick en relation avec des chercheurs et des chercheurs en formation ainsi qu’avec des projets de recherche concernant le Nouveau-Brunswick. Selon Donald McAlpine, Ph.D., directeur du département des sciences naturelles du Musée, « un programme de recherche actif fait partie intégrante du mandat du Musée du Nouveau-Brunswick. Grâce à ces subventions, non seulement nous appuyons de passionnants projets de recherche, mais la province bénéficie également de l’échange de connaissances avec des experts de différentes disciplines. »

La chef de la direction du Musée de Nouveau-Brunswick, Jane Fullerton, explique que le financement des subventions Christie provient normalement du fonds de dotation du Musée. « Pour la première fois depuis 1988, les conditions du marché ne permettent pas de puiser dans la dotation. Le Musée souhaite cependant maintenir ses programmes de recherche. Il nous faut donc générer des revenus pour assurer la pérennité du programme de subventions Christie. »

Pour en savoir plus sur le programme de subventions Christie, consulter le site web du Musée du Nouveau-Brunswick à www.nbm-mnb.ca ou communiquer avec Donald McAlpine au 506 643-2345

Subventions de recherche Christie 2009
Fiche d’information médias

BOTANIQUE OU MYCOLOGIE

Chercheuse : Leah Dalrymple, candidate à la maîtrise ès sciences, Université du Nouveau-Brunswick à Saint John

Projet de recherche : Les bryophytes et le bois en décomposition : les billots pourrissent-ils tous de la même manière?

La recherche suggère une réduction mondiale de la diversité des espèces de bryophytes (mousses et hépatiques) dans les forêts sous gestion industrielle. Les efforts de conservation sont limités par manque de données sur la répartition, l’étendue et l’écologie élémentaire de ces espèces. Le projet de recherche de Mme Dalrymple porte sur le rôle du bois en décomposition dans la diversité des bryophytes d’une forêt et apporte d’importants renseignements de base sur l’abondance, l’étendue et la répartition des caractéristiques du bois en décomposition, les espèces de bryophytes qui l’occupent et les relations entre eux. L’étude sera menée dans une forêt relativement naturelle sur des terres privées du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick. Les résultats aideront les aménagistes forestiers à gérer les débris de bois pour maximiser la rétention des bryophytes et contribueront à étoffer les données clairsemées sur la répartition des bryophytes au Nouveau-Brunswick.

**************

Chercheuse : Karen Vanderwolf, candidate à la maîtrise ès sciences, Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton.

Projet de recherche : La relation entre la flore mycologique dans les gîtes d’hibernation des chauves-souris du Nouveau-Brunswick, l’abondance de chauves-souris, le microclimat et les visites par des humains.

Les grottes forment un milieu environnant unique pour les champignons. La température et l’humidité y sont relativement stables, créant des conditions favorables à des espèces à croissance lente et potentiellement uniques. Au Nouveau-Brunswick, il s’est fait peu de recherche sur les champignons dans les grottes. Une nouvelle maladie fongique, désignée comme le syndrome du museau blanc, menace maintenant les chauves-souris qui hibernent dans le Nord-Est de l’Amérique du Nord, y compris au Nouveau-Brunswick. Depuis sa découverte en 2006, le syndrome du museau blanc s’est répandu dans huit États américains du Nord-Est, dont le Connecticut, le Massachusetts, le New Hampshire et le Vermont, causant une mortalité élevée des chauves-souris qui hibernent. Vu que les chauves-souris se déplacent sur de grandes distances entre leur habitat estival et leur lieu d’hibernation, on prévoit que le syndrome du museau blanc atteindra le Nouveau-Brunswick d’ici cinq ans. La recherche de Mme Vanderwolf vise à fournir aux gestionnaires des renseignements sur les populations de chauves-souris dans les grottes du Nouveau-Brunswick et les champignons qui y sont déjà présents.

ZOOLOGIE

Chercheuse : Lynne Burns, candidate au doctorat, Université Saint Mary’s, Halifax (N. É.)

Projet de recherche : La structure et les déplacements des populations de chauves-souris entre les gîtes d’hibernation au Canada atlantique.

Pendant la période de migration d’automne, les chauves-souris acclimatées résidentes doivent s’accoupler et se préparer à l’hibernation en accumulant des graisses. Certaines preuves suggèrent que le rassemblement automnal est différent de l’hibernation et que les chauves-souris peuvent visiter plusieurs sites de rassemblement avant d’arriver à leur gîte d’hibernation final. À l’automne, deux nouvelles menaces guettent les populations de chauves-souris : la mortalité dans les parcs d’éoliennes et le syndrome du museau blanc. Dans les deux cas, on manque de connaissances sur les activités des chauves-souris à l’automne. Ce projet apportera des précisions sur leur répartition et leurs activités automnales dans 8 ou 10 gîtes d’hibernation connus (grottes ou mines abandonnées) du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.

**************

Chercheur : Howard M. Huynh, candidat à la maîtrise ès sciences, Université Acadia de Wolfville en Nouvelle-Écosse.

Projet de recherche : L’état taxonomique et génétique de la population de musaraignes fuligineuses, Sorex fumeus umbrosus, une espèce énigmatique du Canada atlantique.

La musaraigne fuligineuse est une des espèces les moins étudiées et comprises de musaraignes de l’Amérique du Nord. Cette recherche vise l’acquisition de données de génétique moléculaire à partir des spécimens prélevés au Nouveau-Brunswick et dans d’autres localités du Canada atlantique pour confirmer la validité taxonomique et la répartition géographique de la sous-espèce du Nord-Est, Sorex fumeus umbrosus. Les résultats d’une telle recherche fondamentale peuvent se répercuter sur les classifications d’espèces régionales de mammifères et apporter des connaissances importantes pour l’élaboration des prochains projets de conservation et de gestion des espèces.

**************

Chercheur : Robert Ronconi, Ph.D., boursier de recherches postdoctorales, Université Dalhousie et Centre de recherche sur la vie marine de Grand Manan.

Projet de recherche : Les effets du changement climatique et du déclin de la pêche sur les oiseaux marins de la baie de Fundy.

Ce projet vise à mesurer les changements à long terme (sur 100 ans) dans l’alimentation des oiseaux marins en relation avec les changements du climat et des pêches dans la baie de Fundy. Les oiseaux marins sont de bons indicateurs des changements dans l’écologie marine et de la santé d’un écosystème; donc, l’examen à long terme des changements dans leur alimentation peut fournir des indices utiles d’un stress environnemental. La diète moderne et traditionnelle des oiseaux marins sera étudiée d’après un échantillonnage non létal de plumes provenant d’oiseaux vivants capturés et de spécimens du musée. Il sera ainsi possible de faire une comparaison entre les changements à long terme de la diète des oiseaux marins par rapport à l’augmentation de température de l’océan et aux prises de poisson.

**************

Chercheur : M. Andy S. Didyk, Ph.D., professeur adjoint, Université du Nouveau-Brunswick à Moncton

Projet de recherche : Les parasites helminthes de la sérotine brune, Eptesicus fuscus

Ce projet de recherche vise à prélever, identifier et consigner les types, la prévalence et l’abondance des vers parasites du tube digestif de la sérotine brune (grande chauve-souris brune), une espèce peu commune au Nouveau-Brunswick mais bien représentée dans les collections du Musée du Nouveau-Brunswick. Une seule autre étude semblable, en Colombie-Britannique, a examiné les parasites de cet animal au Canada. Des spécimens de référence de tous les helminthes prélevés seront déposés au musée pour sa collection.

Complément d’information :
Vita Kipping,
Relations communautaires
Musée du Nouveau-Brunswick
(506) 643 2358
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.